Lourd c'est bien, lourd c'est plus fiable. S'il marche pas on peut toujours assommer avec…

En passant

ITW DJERIKAN 2011

ITW DJERIKAN 2011

ITW du collectif DJERIKAN réalisée par le magazine Insurrection Culturelle. Voici la retranscription de l’interview, retrouvez aussi le lien ci-dessus (ITW DJERIKAN 2011) pour télécharger le magazine complet.

Bonne lecture!

« ça vient d’arriver près de chez noUs !

Les p’tits loups, pour le number 4 on devait avoir deux interviews ! L’une d’un groupe de punk d’Europe de l’Est et l’autre d’un groupe de rap du coin. À cause de l’incompé- tence de mon compère chargé de la première et à cause des distances incommensu- rables entre notre région et celle de ce fameux groupe, et bah il n’y aura rien dans ce numéro. Mais grâce à mon talent et au fait que DjErikan est du coin, bah vous avez au moins l’interview du groupe de rap ! alors c’est un groupe local, ils s’appellent DjErikan et c’est en avant-première dans votre zine préféré !

MAG : Salut, pouvez vous vous présenter ?

Zanz : Moi c’est Zanz, je suis là avec tout le collectif. Il y a Chuky Kardio, Prince, Black Nicholson, Terry, GBD, Mason et Boris Pare-Balles. Ça rappe plus ou moins depuis 2006, pour certains plus longtemps. Terry, G et Pare-Balles font les instrus.

MAG : alors, DJERIKAN, c’est qui et comment ca s’est créé?

GBD : DJERIKAN, c’est la rencontre entre beatmakers, rappers, breakers, krumpers, graffers, DJ, tous issus des Essarts-le-Roi (78) et ses alentours. Après avoir fabriqué un simple home studio, on a décidé de monter une asso- ciation pour s’autoproduire et produire les artistes avec qui on collabore.

MAG : Pourquoi le rap ?

TERRY : À ma connaissance, le rap est la musique où on entend le plus de mots par mesure. Donc, si on estime avoir plein de trucs à dire, ça offre un temps de parole assez conséquent à exploiter.

Zanz : Pour moi, ça a d’abord été le fait d’aimer écrire ; j’aime la musique mais je ne sais pas chanter. Je trouve que le message véhiculé s’adresse de manière plus directe à l’auditeur que dans les autres styles de musique.

BPB : Je ne pense pas qu’on y arrive à l’issue d’un choix. Au niveau instrumen- tal, car c’est par là que j’ai commencé, le rap représente pour moi le choc des cultures, d’où la rythmik percutante. Par le sampling, le rap s’imprègne de la culture de l’artiste, donc de tout le patri- moine de son époque et de sa situation géographique. C’est un peu lui rendre hommage que de prendre un morceau de son œuvre.

Prince : Pour ma part, j’ai com- mencé par chanter de la musique tra- ditionnelle, j’ai découvert le rap par les grands de mon quartier à Brazzaville, ça m’a permis d’expliquer mon vécu et celui de mes proches avec plus de détails.

MAG : DjerIkan, rap engagé ?

Chuky K : Le problème c’est que le rap dont tout le monde parle n’est pas représentatif de ce qu’il est réellement. À la base, le rap lui-même est un enga- gement, ce n’est donc pas un choix que de faire ou non du rap engagé.

BPB : Et puis le mot ne convient peut- être pas, il sous-entend qu’il y a une cause ou une lutte particulière à laquelle adhérer, alors que toutes sont aussi valables les unes que les autres tant qu’il s’agit des opprimés. Notre démarche est plus de se désengager d’un système de pensée que de s’engager dans un autre.

Zanz : Personnellement, je dirais que c’est plutôt une certaine prise de conscience. Mon rap c’est mon reflet, mes principes, et là je m’engage à les respecter. C’est pas un exemple, juste une recherche personnelle.

MAG : Même si vous êtes relativement jeunes, qu’est-ce que vous pensez de la scène rap d’aujourd’hui ? Votre regard sur cette culture ?

GBD : En France, le rap en tant que tel reste une culture jeune qui est arrivé à la fin des années 80 avec NTM et Assassin. Les précurseurs sont toujours là et pleins de nouveaux ont vu le jour. En 20 ans il y a eu un grand essor, il s’est même ouvert à l’électro avec des groupes comme La Caution ou au punk avec Svinkels par exemple. Le revers de la médaille, c’est que la plupart des vraies valeurs ont disparu.

Zanz : Les préoccupations ne sont plus les mêmes et les centres d’intérêts non plus. Le rap underground est plus que jamais actif même si ce n’est plus tout à fait sur les mêmes fondements.

BPB : Quand on entend partout « the rap is dead », ça pousse à la remise en question, et puis on est dans l’ère de la surexposition médiatique : la scène rap est à l’image de la société actuelle.

MAG : Si je vous dis « insurrection cultu-relle », vous pensez à quoi ?

Prince : C’est Tight !

Terry : La culture qui se révolte de sa propre condition.

GBD : Le rassemblement et soulève- ment d’une civilisation contre le pouvoir.

Zanz : Des cultures indépendantes en création et actions.

MAG : DjerIkan et les Simpson ? réelle influence ou juste une plaisanterie ?

BPB : Pour le DJERIKAN, c’est juste symbolique : le récipient, l’essence, etc. Mais ça, c’est surtout ce qui nous motive, on l’a pas choisi par hasard vu qu’on ne croit pas au hasard. Il ne s’écrit pas pareil que le bidon allemand car on est pas fétichistes, bien que certains d’entre nous soient proche de l’allemand. Les Simpsons, ça doit être par simples ressemblances, on vient d’une ville presque aussi caricaturale que Springfield et c’est l’esprit de famille qui nous rassemble. À défaut d’être des fils de pute, je dirais qu’on est des fils de mac !

Terry : Si on avait trouvé un jeu de mot avec Malcolm on aurait peut-être pas fait de projets Les Pimpsons..

MAG : Vos projets ?

Chuky K : On a sorti en téléchargement gratuit un projet le 8 Mars 2010, Les Pimpsons vol.2, disponible sur le [nom de site supprimé par la censure du zine, tapez DjerIkan sur vos claviers et vous trouverez] « DJERIKAN RECORDZ ». Là on prépare un projet pour la fin de l’été et le projet solo de Terry dans la continuité.

BPB : On envisage de tourner quelques clips pour annoncer la sortie des projets. On participe aussi à des projets d’autres artistes au niveau instrumental. Pour la suite, le temps fera les choses.

Zanz : On compte bien continuer à se faire plaisir et à faire plaisir.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s