Lourd c'est bien, lourd c'est plus fiable. S'il marche pas on peut toujours assommer avec…

Retrouvez toutes les news, paroles, vidéos, MP3...

Nouveau

Citation de John BERGER par le Sous-commandant insurgé Marcos, dans Ethique & Politique – 2013

« Je ne peux pas te dire ce que fait l’art et comment il le fait, mais je sais que fréquemment il fait le procès des juges, qu’il réclame vengeance pour l’innocent, et qu’il projette vers l’avenir ce que le passé a souffert, de sorte qu’il ne soit jamais oublié.
Je sais aussi que le puissant craint l’art sous toutes ses formes quand il fait cela, et que parfois cet art court comme une rumeur et unelégende parmi les gens parce qu’il donne un sens là ou la brutalité de la vie ne peut le faire, un sens qui nous unifie, parce que finalement il est inséparable de la justice. L’art, quand il fonctionne ainsi, se transforme en lieu de rencontre de l’invisible, de l’irréductible, du perdurable, le courage et l’honneur. »

JOHN BERGER
(passage cité par le Sous-commandant insurgé Marcos dans, Ethique & Politique – 2013)

Sortie de l’Album BLITZKRIEG! (Réédition) – 22 juin 2014

Le « Blitzkrieg » (signifiant en allemand « guerre éclair ») est une stratégie offensive visant à emporter une victoire décisive par l’engagement localisé et limité dans le temps d’un puissant ensemble de forces mécanisées, terrestres et aériennes dans l’optique de frapper en profondeur la capacité militaire, économique ou politique de l’ennemi. (…) Les trois éléments essentiels sont l’effet de surprise, la rapidité de la manœuvre et la brutalité de l’assaut. (Wikipédia)

Blitzkrieg! (Reedition) Cover

 PARE BAAL ramène avec lui tout un univers, compris dans une sorte de No Man’s Land qui caractérise notre époque, entre l’ancien et le nouveau monde.

Lire la suite »

Le « Wilhelm SCEAM » ou le faux cri de guerre de Blitzkrieg!

Sample du titre Blitzkrieg! (ft Terry) présent sur l’album éponyme de PARE BAAL, le Wilhelm Scream vient corroborer l’aspect fictionnel du thème de la Guerre décrit ici et mis en scène sur une instru de Al’Tarba, agrémentée de bruitages d’affrontements militaires afin de renforcer l’aspect satirique du morceau (et de l’album).

Lire la suite »

PARE BAAL – DEATH-DEFYING ACT OF ART & CONSPIRACY #1 (Musique / Arts Martiaux / Xénophobie / Humour)

Court-métrage écrit et interprété par PARE BAAL, incorporant un court freestyle dont il est l’auteur et sur une instrumentale de Néo & Weshwood. Il s’agit du premier épisode d’une série intitulée Death-defying Acts of Art & Conspiracy (faisant référence aux travaux de l’artiste défunt Mark Lombardi, R.I.P) dont le thème est un subtil mélange entre la correspondance des Arts et les théories du complot.

Synopsis : PARE BAAL, tiraillé par des questions entre l’origine du monde et ses propres besoins alimentaires, se met à soupçonner son voisin d’espionnage et le met alors à l’épreuve afin d’en avoir le coeur net.

Extrait de « L’Islam, l’Occident et l’avenir » de Arnold J. Toynbee – 1947 (+ notes personnelles)

« L' »Hérodien » est l’homme qui agit en appliquant le principe suivant : la meilleure façon de se défendre contre l’inconnu est d’en maitriser le secret. Et, quand il est placé dans le cas difficile, d’affronter un adversaire plus entrainé et mieux armé, il riposte en abandonnant son art militaire traditionnel et en apprenant à combattre avec la tactique et les armes de son ennemi.

Lire la suite »

Interview de Pare Baal par GK WEST Décembre 2013

1)Bonjour Pare Baal, pour ceux qui ne te connaissent pas peux-tu nous expliquer rapidement ce que tu fais musicalement et le choix de ton blaze ?

Bonjour, alors on va dire que ce que je fais s’apparente à du rap français, même si je trouve ça un peu réducteur car pour moi on va dire que c’est davantage un support d’idées. Lire la suite »

Docu (Bande Annonce) – Sugar Man

Portrait du musicien américain Sixto Díaz Rodríguez :

XP SUGAR MAN 120

Lire la suite »

Docu – Mark Lombardi, Artiste Conspirateur (ARTE)

Portrait de l’artiste new-yorkais Mark Lombardi [1951-2000], dont l’oeuvre étonnante a dévoilé une mine d’informations sur les réseaux tissés entre puissances politiques, économiques et criminelles – au péril de sa vie :

 

L’artiste new-yorkais Mark Lombardi s’est fait connaître grâce à ses sociogrammes, diagrammes en réseau à la fois complexes et étonnamment limpides, détaillant les structures labyrinthiques du pouvoir politico-économique. Flux d’argent, abus de pouvoir, liens troubles entre personnalités américaines (notamment George W. Bush) et réseaux criminels étrangers… : d’inextricables masses d’informations se démêlent sous les yeux du spectateur, construisant une cartographie, pour le moins dérangeante, de la mondialisation. La mort soudaine de Lombardi en 2000 – officiellement par suicide – a éveillé bien des soupçons quant à la fiabilité des enquêtes officielles : indéniablement, cet homme en savait trop. Quel rôle son œuvre clé BCCI a-t-elle joué dans les enquêtes du FBI autour des attentats du 11-Septembre ? En se penchant sur l’œuvre singulière d’un boulimique de l’information, ce documentaire dévoile la face cachée du milieu de l’argent et de la politique.

Archive – D. Toscan du Plantier et le Cinéma (propagande américaine)

Intervention de D. Toscan du Plantier au Festival des Films du Monde de Montréal (22 août / 2 sept. 1996) :

 

Daniel Toscan du Plantier, producteur français, (1941/2003) sur les accords Blum/Byrnes (1946) qui fixèrent un quota de films américains par an projetés dans les salles françaises. Des acteurs comme Jean Marais, Simone Signoret ou Gérard Philippe manifestèrent contre l’hégémonie du cinéma américain en France en 1948.  ACCORDS BLUM/BYRNES WIKI : http://fr.wikipedia.org/wiki/Accord_Blum-Byrnes ///

Docu – Stanley Kubrick, les sociétés secrètes et la pédocriminalité.

Documentaire Réalisé par Nicolas Venancio, Mathieu Rochet Avec Laurent Vachaud, Michel Ciment:

Baptisé Kubrick & The Illuminati et sous-titré « Don’t you want to go where the rainbow ends? », le film, illustré avec de nombreux extraits de films de Kubrick et autres (Nolan, Polanski, Spielberg), développe plusieurs pistes, notamment liées à la scientologie, la pédophilie, la symbolique maçonnique, et aux théories du complot (d’où le titre faisant référence à l’Illuminati). Gasface (Mathieu Rochet et Nicolas Venancio), à l’origine de ce documentaire, s’appuie sur l’analyse du scénariste et critique Laurent Vachaud, auteur de l’article Le secret de la pyramide, publié dans la revue Positif en janvier dernier. Michel Ciment participe également au film.

Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.